La famille Kerzon

Portrait de Delphine Plisson, la plus cool des épicières

A la tête de La Maison Plisson, une échoppe d’alimentation générale, mêlant coin primeur, épicerie, boucher de quartier et restaurant, Delphine Plisson a de l’instinct et beaucoup de goûts. Au delà d’une réelle affection pour son travail, nous avons le plaisir de partager avec elle une collaboration éprise de sensations gustatives. 

Nous aurions pu la croiser par hasard dans le quartier, sa première adresse parisienne n’est qu’à quelques pas de notre boutique. Au détour d’une tranche de pain beurré, Delphine nous a accordé de son temps pour répondre à quelques unes des questions qui nous trottaient dans la tête.

Pour commencer, on se tutoie ?

Ça tombe sous le sens tiens.

Peux-tu s’il-te-plait te présenter ?

Je suis Delphine Plisson, j’aime manger, papoter, bouquiner, cuisiner et prendre des bains ; je n’aime pas les mauvaises odeurs et la guerre.

Quoi de prévu aujourd’hui ?

Pleins de trucs que je ne ferai pas comme boire du champagne en ricanant au bord d’une piscine.

Un moment préféré de la journée ?

Quand je me couche en réalisant la chance que j’ai dans la vie en général, jusqu’ici.

Que fais-tu pour te sentir bien ?

Je vole des bribes de temps pour moi, je mange, je bois du vin, je me cale dans les bras de mon amoureux, je fais des câlins à mes enfants, je chante avec mes amis, je planifie des vacances et je construis un chouette projet avec une équipe du tonnerre.

D’ailleurs, c’est quoi pour toi se sentir bien ?

Me sentir au bon endroit au bon moment et surtout me contenter de ce que je suis et de ce que j’ai et savourer.

Un quartier fétiche ?

Mon lit.

Une saison favorite ?

Je crois que j’aime les quatre. Le printemps pour les asperges, l’été pour boire des verres tard dehors, l’automne pour l’été indien et l’hiver pour manger des pots au feu et me coucher tôt.

La trouvaille dont tu es la plus fière ?

Comment on fait les enfants !

Où te sens-tu le plus libre ?

Je me sens assez libre un peu partout en général.

Un bonheur simple ?

Être émue.

Une destination ?

N’importe où avec lui.

Une obsession ?

Je suis obsessionnelle et je change souvent d’obsessions.

Un toc ?

Je compte toutes les marches que je monte ou descends.

Un souvenir de vacances ?

Les dernières et les prochaines.

Ta madeleine de Proust ?

La vie.

Quels invités à ta table pour passer une belle soirée ?

Mon amoureux, mes amis et aussi des amis d’amis. J’aime rencontrer mais il faut qu’ils aiment chanter !

Un plat qui te donne toujours faim ?

Le champagne.

Tu connais notre affection pour les senteurs et leurs évocations... Y a t-il un parfum qui te rassure en ce moment ?

L’iris me rassure souvent, la rose en ce moment aussi.

Un objet inestimable, celui qui t’accompagne partout ?

Mon couteau à moi : on est jamais à l’abri d’un bout de fromage à partager.

Une rencontre marquante, celle qui te trotte encore dans la tête aujourd’hui ?

La rencontre avec chacun de mes mômes, c’est génial ce moment où on se rencontre enfin.

Quelle voisine es-tu ?

Je fais des apéros mais c’est rare.

Si tu jettes un oeil par la fenêtre, tu vois quoi ?

Tout Paris, je vous surveille.

Quelle serait ta définition de la famille ?

Une bande de tarés que j’ai fabriqué en partie et avec qui j’aime beaucoup vivre.

Le meilleur conseil que tu aies reçu ?

Ne pas avoir peur.

Et le pire ?

Me couper les cheveux super courts.

Comme on ne se cache rien ici, aurais-tu une confession à nous faire ?

Je vous aime.

Qu’est-ce que tu as prévu après ?

Bah boire du champagne au bord d’une piscine en ricanant. 

La sélection du journal